La gingivite
 - La gingivite est une maladie de la gencive directement liée à certaines bactéries que nous avons naturellement en bouche.

Il y a un facteur génétique défavorable chez la moitié des patients, ceux-ci feront une maladie plus importante : la maladie parodontale, le déchaussement des dents, dont le premier traitement est le même que celui de la gingivite mais celui-ci ne sera pas suffisant, et cette maladie nécessite l’intervention de votre chirurgien-dentiste.

La gencive signale sa maladie en saignant. Le réflexe de tout un chacun est de ne pas toucher, de ne pas brosser la zone qui saigne. Or pour qu’il y ait un saignement, il faut une plaie; le premier soin d’une plaie est son nettoyage., en bouche avec une brosse souple et du dentifrice. Massage doux sur la gencive avec une petite brosse souple, tant pis si ça saigne, mais ne vous faites pas mal. Il est impératif d’y passer du temps mais en trois jours les saignements diminuent et disparaissent en une semaine.

Ne brossez pas les dents, ne soignez que la gencive, c’est elle qui est malade, gardez constamment le contact de la brosse avec la gencive, les dents seront propres. En cas d’échec consultez votre chirurgien–dentiste car cette maladie bactérienne « attaque » le cœur et les articulations.

Le tabac masque la gingivite et minimise les douleurs. Les patients consultent donc tardivement. Fumeurs consultez votre chirurgien-dentiste.


Les soins dentaires à l’étranger
Certaines publicités dans la presse ou sur internet laissent à penser que les actes dentaires sont assimilables à une vulgaire marchandise mettant en avant la seule économie apparente. Une prothèse dentaire ou un implant sont présentés comme des objets de consommation.

Les actes réalisés par les chirurgiens-dentistes (soins, chirurgie, prothèse, etc.) sont des actes médicaux à part entière au même titre que ceux de chirurgie digestive, orthopédique ou cardiaque.

La sécurité du patient

Il convient de rappeler, qu’aucun soin effectué n’est anodin et que les patients traités en France sont protégés par des lois et une réglementation stricte qui leur permet :
  • d’être informés sur les traitements qu’ils vont recevoir, leurs alternatives et les coûts,
  • de prendre le temps de la réflexion,
  • de choisir leur traitement après avoir reçu un ou plusieurs devis et donné leur consentement de manière éclairée,
  • d’être suivi tout au long des différentes phases de leur traitement par un praticien (ou une équipe) qui prendra en charge toutes les étapes des soins, la maintenance indispensable ainsi que les éventuelles complications,
  • d’être couvert par l’assurance responsabilité professionnelle de leur praticien traitant en cas de problème.
  • Peu de pays étrangers offrent une telle protection. De plus, pour des raisons de responsabilité, le suivi, la maintenance et la prise en charge des éventuelles complications doivent être réalisées par le praticien qui a réalisé l’intervention.
  • Lorsque le praticien se trouve à plusieurs centaines ou milliers de kms, le patient peut subir des conséquences importantes entrainant un surcoût financier important (les soins consécutifs peuvent être entièrement à la charge du patient), sans pouvoir exercer facilement un recours en responsabilité professionnelle.


Deux situations possibles

Un problème dentaire urgent lors d’un voyage d’affaire ou d’agrément.

Faites réaliser l’acte d’urgence qui soulage, puis une fois de retour, rendez-vous chez votre praticien habituel pour terminer le soin.

Si vous devez partir pour une longue durée à l’étranger

Avant le départ, consultez votre chirurgien-précisant la destination et le temps du voyage. Il vous conseillera sur les éventuels soins à faire avant le départ et ceux qui peuvent être différés.

Partir avec une bouche en bon état vous évitera de mauvaises surprises.