Les Inlays-Onlays
Inlays-Onlays - Crédit photos CONSULT PROCette technique sophistiquée consiste à combler le trou laissé par la carie par un bloc de matériau dont l'anatomie et la résistance vous garantissent les meilleures conditions de conservation.


La carie est nettoyée et préparée - Crédit photos CONSULT PROIl s'agit de préparer en laboratoire un bloc de matériau correspondant exactement au volume manquant de votre dent, sans enlever plus de matière vivante, donc de mieux respecter la partie de la dent indemne de carie.


L'inlay est fabriqué en laboratoire - Crédit photos CONSULT PROCe bloc peut être réalisé en composite, en céramique ou en métal précieux : l'avantage esthétique du composite et de la céramique est indiscutable, mais éphémère, en revanche l'or peut protéger votre dent pour le restant de votre vie.


L'inlay s'intègre parfaitement - Crédit photos CONSULT PROOn dira inlay lorsque la restauration est au coeur de la dent (in = à l'intérieur) et onlay lorsqu'elle intègre les parois (on = dessus)


 - Crédit photos CONSULT PROSeul votre praticien saura choisir le matériau adapté à l'état d'avancement de votre carie.



Indépendentaire Editeur - Tous droits réservés
L'amalgame d'argent
L'amalgame d'argent, le classique "plombage", est un mélange contenant environ 50 % de poudre d'alliage finement pulvérisé d'argent, d'étain, de cuivre et de zinc et de 50 % de mercure sous forme liquide.

L'amalgame est utilisé sous forme de capsules prédosées et doit avant son utilisation être préparé par un vibreur qui mélange les composants de façon homogène. Il se présente sous la forme d'une pâte, plastique qui durcit dans la cavité nettoyée de la lésion carieuse et devient pratiquement aussi résistant que les tissus dentaires.

Ce produit est utilisé depuis 150 ans environ sans entraîner de problème médical dûment identifié, ce qui témoigne de ses qualités. Il a connu de nombreuses améliorations, surtout en terme de stabilité dans le temps.

L'amalgame d'argent fait régulièrement l'objet de polémique sur sa toxicité mercurielle. La dernière publication à ce sujet, qui confirme d'ailleurs plusieurs études antérieures, a été diffusée le 8 mai 2008, par le comité scientifique de la Commission européenne qui conclut que les amalgames dentaires sont efficaces et sûrs, aussi bien pour les patients que pour les professionnels.

Aucun fait pathologique grave n'a été constaté et aucune action toxique générale n'a été prouvée scientifiquement. Les sujets les plus exposés restent les chirurgiens-dentistes, chez qui on n'a pas identifié de maladie professionnelle liée au mercure.

Des traces de mercure, comparables à celles des obturations dentaires, peuvent se trouver dans l'alimentation, en particulier dans la chair de certains poissons. Même si l'on additionne les apports de l'alimentation et celles des obturations, on reste encore très en deçà des doses susceptibles d'exercer des effets toxiques généraux.

Cependant, rejeté dans la nature, le mercure peut avoir des répercussions défavorables sur l'environnement. C'est pourquoi les chirurgiens-dentistes ont pris des mesures de récupération et de retraitement des déchets d'amalgame.