La Consultation
 - Avant le premier rendez-vous, le patient doit se munir des documents et informations permettant d'apprécier ses antécédents personnels et sa situation vis à vis de sa couverture assurancielle :

  • les ordonnances, les noms des médicaments pris actuellement
  • les coordonnées des différents professionnels de santé en charge de sa santé
  • les radiographies dentaires récentes qu'il possède.
  • la carte vitale et d'assurance complémentaire


Souvent lors du premier rendez-vous, une consultation chez un chirurgien dentiste comporte,

  • un interrogatoire, une série de questions concernant la santé du patient, ses antécédents, ses maladies, les médicaments actuellement pris, ses allergies et ses antécédents bucco-dentaires, etc.),
  • un examen clinique attentif de la bouche et des dents pour diagnostiquer le risque carieux, évaluer l'état parodontal et l'intégration ou l'usure d'éventuelles prothèses,
  • ensuite, un examen radiologique peut être effectué, permettant de visualiser en profondeur les dents et l’os des maxillaires, pour conforter le diagnostic.
  • pour améliorer la santé du patient le chirurgien-dentiste peut conseiller le patient sur les habitudes quotidiennes, alimentaires, consommation de tabac ou d’alcool, brossage des dents.
  • s’il y a lieu, une ordonnance.


En cas d'urgence, le chirurgien-dentiste intervient pour soulager le patient, mais n'effectue pas de soins complets.


Le bilan orthodontique
Si un traitement orthodontique est envisagé, l'orthodontiste va prescrire des examens complémentaires (radiographies, moulages en plâtre, quelquefois photographies), faire un bilan clinique précis (avec des mesures et des constructions) pour proposer un plan de traitement adapté à la situation particulière du patient.

A ce moment, le patient (et sa famille) seront informés du type d’appareil nécessaire (Plusieurs appareils différents peuvent être nécessaires au cours d’une même phase de traitement), de la durée prévisible du traitement ou de la phase de traitement concernée ; La durée ne peut être qu’approximative car elle dépendra de la coopération du patient, d’une réponse individuelle au traitement qui n’est jamais totalement identique et d’un degré d’incertitude sur la croissance faciale résiduelle ou la persistance d’une parafonction comme la déglutition avec interposition de la langue.

C’est à ce moment que sera recueilli le consentement éclairé après avoir débattu de l’amélioration attendue, des contraintes et des risques éventuels du traitement ou de l’abstention de traitement.

Les malformations les plus fréquentes sont dues à :
  • La déformation des arcades dentaires liés à : la succion du pouce ou d'un autre doigt, l'interposition de la langue pendant la déglutition, la respiration par la bouche qui modifie la posture de la langue
  • Des dents trop grosses pour la taille de la bouche ou inversement,
  • Un décalage entre la croissance des deux mâchoires (squelettique)
  • L’absence d’une ou de plusieurs dents (agénésie)
  • Des dents incluses ou retenues dans la mâchoire